Les îles Togian ou comment atteindre la porte du paradis

Les îles Togian ou comment atteindre la porte du paradis

Mais où se trouvent les îles Togian ?

 

L’île des Célèbes ou Sulawesi, en IndonésieCarte Sulawesi indonésie

L’île des Célèbes, ou Sulawesi, se trouve à droite de l’île de Bornéo dont la partie indonésienne se nomme Kalimantan et dont le nord appartient à la Malaisie et au Sultanat de Bruneï. La Sulawesi est au Nord Est de l’île de Java et de Bali. Vous voyez le point rouge sur la carte ? Ce sont les Togian.

L’ile est très grande et assez mal desservie au niveau routier. Si vous arrivez de Makassar, vous pouvez prendre des bus direction Ampana mais le trajet est périlleux et sans fin. Pour ma part j’ai opté pour l’avion, les liaisons internes étant relativement bon marché. Je suis passé par la compagnie Lion Air et le vol de 1h30 m’a coûté 446000 IDR soit env. 25€. Le poids des bagages autorisé est de 20kg. Donc destination Gorontalo, au nord de l’île. Arrivé à l’aéroport, le moins cher est de prendre un Bentor, ces motos à trois roues, à partager avec un autre voyageur et il vous en coutera 50000 IDR par personne soit moins de 3€ pour les 35km qui vous séparent du port.

 Comment aller aux iles Togian ?

La traversée de nuit depuis le port de Gorontalo coûte peu cher, elle dure environ 11 heures. A bord vous aurez de quoi vous restaurer mais les prix sont plus élevés que si vous apportez votre repas. Il est possible de réserver l’une des cabines de l’équipage pour une trentaine d’euros, climatisation oblige :). Vous pouvez aussi louer une cabine partagée de 4 personnes ou louer un petit matelas et dormir dans le dortoir commun. Enfin et si vous avez vraiment le courage, vous pouvez vous allonger à même le sol comme le font beaucoup d’indonésiens.

 

La carte des iles Togian

carte Togean
Crédit photo @infotogian.weebly.com

 

La taxe parc national

Les îles Togian, ou Togian Islands sont classées en parc national depuis décembre 2017, ne vous étonnez donc pas de voir des officiels venir vous réclamer les droits d’entrées sur les îles de 150000 IDR. Comme elle est nouvelle, le personnel chargé de la collecter est assez mal organisé, beaucoup de touristes passent entre les mailles du filet et ne la payent pas. Le ferry va jusqu’à Wakaï. Selon le choix de votre île vous devrez changer de port, le second étant à quelques centaines de mètres. Vous pourrez y prendre le bateau public qui dessert les autres îles de l’archipel selon un planning bien défini. Ou bien, louer un bateau privé à partager pour environ 200.000 IDR.

Malenge

Pour moi la première destination était l’île de Malenge. Après une attente de 8h au port, sans toilettes, à l’ombre dans un bar, mon voyage a continué en bateau durant 2,5 h. Puis, encore 1h de petite embarcation pour arriver au Sera Beach Cottages, mon point de chute pour 3 nuits. Cette guesthouse est un pur bonheur, la famille est accueillante, toujours prête à rendre service. Les repas sont variés et le gérant vous accompagne sur les excursions qu’il organise. Le soir venu vous apercevrez le plancton phosphorescent au bord de la plage. Bungalow très correct avec ventilateur, pension complète 13€. Les excursions au choix à 50000 IDR par personne.

Kadidiri

J’ai repris le ferry public pour aller sur cette seconde ile. 2h5 de trajet jusqu’à Wakai puis 1h de barque à moteur jusqu’à la guesthouse  Pondok Lestari Kadidiri. Franchement allez ailleurs vous serez mieux servis. Dans cette guesthouse, on ne se préoccupe pas des clients, c’est le moins qu’on puisse dire. Aucune animation, des repas pauvres et sans variété. Des bungalows sans charme ni confort, WC à la turque, pas de miroir, papier toilette payant, un gérant hollandais qui n’en a rien à faire de ses clients. Non, passez votre chemin. De plus, durant mon séjour je n’ai pu faire aucune activité car il n’y avait personne d’interessé, adieu donc mon rêve de nager avec les méduses. Enfin j’exagère, avec un masque et un tuba on peut passer des heures à admirer le recif situé face aux bungalows.

Et on y fait quoi ?

Alors avant tout, on s’y repose. Pas de réseau téléphonique donc pas d’internet, alors on opte pour un bon bouquin et de longues discussions le soir venu avec les autres voyageurs.

Sinon, il y a aussi les activités proposées dans les guesthouses (bon ok, sauf au Lestari Kadidiri mais je vous l’ai déjà dit, y’a plein d’autres endroits prêts à vous réserver un réel accueil) :

  • Snorkeling : il y a 5 récifs (reefs) accessibles en bateau, préférez les n°4 et 5, vous y verez de beaux tombants, une profusion de coraux et des poissons de belle taille. Mais vous pouvez aussi en faire au pied de votre bungalow 🙂
  • Balade en bateau dans la mangrove
  • Excursion à Una-Una, ile volcanique, au sable noir, réputée pour ses spots de plongée (possible d’y passer son PADI)
  • Nager parmi les méduses, l’un des seuls lacs au monde où les méduses ne sont pas urticantes car elles n’ont pas de prédateur
  • Visiter un village Bajau, ces nomades de la mer qui ne vivent que de la pêche et que l’on trouvent sur les côtes d’Indonésie, de Bruneï et des Philippines. Dernièrement, j’ai lu un article sur ces pêcheurs capables de rester 13 minutes sous l’eau en apnée. Et si vous en avez l’occasion, regardez le film tournée aux Togians et qui raconte la vie de Jago un pêcheur de cette ethnie.

Il est bon de préciser qu’il n’y a aucun distributeur sur l’ile, prévoyez donc assez d’espèces pour votre séjour.

Allez, je vous laisse rêver devant quelques photos des îles Togian et si vous voulez avoir plus d’infos, vous pouvez aller regarder le site des iles (en anglais).

Laisser un commentaire

Fermer le menu