Le marché aux fétiches d’Akodésséwa, haut lieu vaudou

Marché vaudou

Le marché vaudou de Lomé

Lors d’un séjour à Lomé, le marché aux fétiches reste une visite incontournable si vous voulez découvrir le culte vaudou. Akodésséwa est situé à l’est de la capitale et les taxis connaissent bien le lieu. Même s’il est plutôt touristique, ce marché n’en est pas moins une représentation de ce qui se vend pour accomplir les rituels vaudous.

La religion animiste

Le Togo, avec ses 7,5 millions d’habitants compte plus de 50% d’animistes. Des animistes on en trouve dans toute l’afrique sub-saharienne. Je me souviens en avoir rencontré en brousse lors de mon premier voyage en Côte-d’Ivoire, dans la fin des années 80. Ils nous avaient parlé de leur forêt sacrée et le sorcier du village nous racontait l’importance de chaque arbre. Les animistes croient aux forces de la nature, un arbre, un animal sauvage, le vent ou encore une pierre ont tous une âme selon cette croyance ancestrale.

Et le vaudou ?

En fait, le vaudou est un culte animiste. Même les jeunes générations, qui pourtant commencent à s’en écarter, continuent de croire aux pouvoir des sorciers animistes. On invoque ces puissances pour des raisons de fécondité, de protection, de maladie ou de biens d’autres sujets pas forcément positifs. Il n’est pas rare de voir des statues vaudous aux abords de certains marchés, près des ports et dans les villages. Généralement, les lieux de culte sont signalés par un drapeau blanc. Approchez-vous de ces maisons et vous y trouverez certainement des statues dediées à tel culte ou tel autre. Ces statues ressemblent aux personnages en terre glaise faite par les enfants en maternelle ou au “Tadmorv” des Pokémons, sans vouloir manquer de respect !

 

À la découverte du marché

Pour commencer, un amoncellement d’oiseaux desséchés exposés sur de larges tables de bois. Egalement de crânes de chiens, chats, singes, porcs, antilopes ou autre petits mammifères. Ou encore des cauris, ces petits coquillages qu’on affectionne ici comme représentation des mers chaudes. Plus loin vous trouverez des pierres de kaolin. Puis, des statuettes de bois sculptées grossièrement et qui serviront à accomplir les rituels en tant que représentation de l’homme ou de la femme.

Au final, après visite chez un féticheur, vous aurez votre liste de courses, après quoi vous pourrez parcourir le marché et remplir votre panier.

Les âmes sensibles sont priées de s’abstenir de visiter cet endroit atypique, qui reste payant pour les touristes. En 2016 le prix était de 3.000 CFA l’entrée + 5000 CFA pour photographier.

Des permanences de sorciers

Tout autour du marché se trouvent de petites cabanes. Ici officient les féticheurs. Ils vous proposeront une consultation avant de vous suggérer d’ouvrir votre portefeuille et d’acheter ce morceau de bois sculpé offrant la protection durant vos voyages, ou le coquillage qui préserve des maladies. On y croit ou pas mais le pays est empreint de ces traditions animistes. Par contre, on ne sent aucune aggressivité en cas de refus d’acheter l’un des “gri-gris” vendus à prix d’or.

Si vous voulez voir d’autres photos, passez donc sur le site de Togo Tourisme.

 

Suivez-moi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *